mercredi 30 novembre 2016

Lux, tome 3 : Opale de Jennifer L. Armentrout

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai lu
Nombre de pages : 450
Public visé :  Young Adult
Quatrième de couverture :
Depuis que Daemon a soigné Kate, ils semblent connectés. Pour résister à la tentation, ils ont décidé de prendre de la distance. Les deux héros craignent toutefois que le Département de la Défense ne découvre leurs pouvoirs.















Comme vous le savez, j’ai une affection toute particulière pour Jennifer L.Armentrout. D’abord pour sa saga New Adult dont les premiers tomes avaient été des coups de cœur phénoménaux mais aussi parce que le premier tome de cette saga, Lux, m’avait accompagné soutenu pendant un moment très difficile, c’était entre ses pages que j’ai réussi à me perdre après la mort de ma grand-mère. C’était donc une sortie que j’attendais avec impatience !

Alors c’est toujours avec délice mais aussi nostalgie que je retrouve les personnages de cette saga, comme des vieux amis que je revois me rappelant un douloureux souvenir mais aussi un soutien sans faille. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le punch et la folie de la jeune bloggeuse Kitty, je continue de me retrouver dans son amour des livres et dans ses besoins un peu farfelus de chroniques. Mais plus encore j’ai adoré retrouvé Daemon dont je suis toujours à moitié amoureuse, on découvre derrière ce front d’ironie, une telle profondeur et une telle fragilité finalement que l’on ne peut que fondre devant ses grands yeux dorés ! Il est toujours si parfait et effronté qu’on ne peut que sourire à chacune de ses apparitions. Leur relation a beaucoup évolué et c’est assez plaisant de suivre leur quête effréné de temps pour se retrouver et s’aimer, ce besoin d’intimité qui ne cessera d’être freiné par les évènements et mêmes par les souvenirs douloureux d’Adam et la rage de Dee qui en découle. Cette dernière m’a serré le cœur plus d’une fois, j’aurais tellement voulu pouvoir prendre sa peine et l’en libérer...

Au niveau de l’histoire, si vous vous souvenez de la fin du tome 2, on était dans une situation assez délicate pour la famille de Daemon, une perte pour un gain ! Il s’avère que ce gain va demander beaucoup de sacrifice, beaucoup d’adaptation et finalement une nouvelle aventure, voire une nouvelle bataille contre le Dédale ! J’ai vraiment adoré la fougue qu’ils ont mise dans leur plan pour sauver une tiers personne, j’ai beaucoup aimé l’intervention de personnes étrangères à l’histoire et sans trop vous en dire, même si on le pressent depuis le début, on ne peut retenir un cri de rage quand le pire arrive. Parce que je dois l’avouer, même plusieurs jours après l’avoir lu, j’ai toujours le cœur serré par cette fin, j’ai toujours l’envie de tuer qui m’étreint, si seulement .... RAH! J’enrage !
Alors je vous conseille d’attendre le tome 4 si vous avez la patience, parce que moi je boue !

Finalement, ce tome-ci comme le précédent n’a pas été un coup de cœur, malgré tout ce que j’ai dit au-dessus, il n’en est pas passé loin mais il faut avouer que le rythme du roman était assez lent. Au fond sa structure et son rythme ressemble au tome 2, le début nous propulse à nouveau dans l’histoire puis on a un long, très long moment au milieu du roman et finalement le rythme et l’intérêt remonte sur la fin.

En bref, un tome que je conseille vivement, mais qui gagnera à attendre le tome 4 pour éviter trop de frustration. Un roman qui m’a fait passer par une palette d’émotion et qui m’a emporté dans la nouvelle aventure des luxens avec plaisir. Un tome qui relance l’histoire qu’on sentait s’essouffler dans le tome 2 ! Mais plus encore j’ai adoré retrouver chacun des personnages, même les pires et pour rien au monde vous ne devez rater cette saga, juste pour Daemon. Vraiment.

Je remercie Louve, du forum Mort Sûre, et les éditions J'ai lu pour leur confiance et la suite de cette superbe saga !

Chronique de Ferilou

Rock Kiss, tome 1.5 : Rock Courtship de Nalini Singh

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai Lu (Pour Elle)
Nombre de pages : 217 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Batteur des Schoolboy Choir, le groupe de rock le plus populaire de la planète, David n’a qu’une faiblesse : Théa, leur attachée de presse. Malheureusement, cette dernière met un point d’honneur à s’en tenir à des relations strictement professionnelles, tout particulièrement avec les musiciens. Blessée par un ex volage, elle ne risque pas de s’engager avec un homme poursuivi par une horde de fans, même s’il dégage un charme fou !

Ce que Théa ignore, c’est que David est complètement dingue d’elle, et d’elle seule. Elle va donc découvrir à quel point le Gentleman du Rock sait tenir le rythme…




Etant donné que j'avais bien aimé le premier tome de la nouvelle saga de Nalini Singh, je me suis dit que tenter de lire ce tome 1.5 serait sympa.
Et bien, oui c'était plutôt sympa à lire, même si j'ai quand même quelques réserves sur ce tome.

Nous suivons donc dans cet entre-deux tomes, l'histoire entre Théa ( la soeur de Molly du 1er tome ) et le batteur du groupe BCBG David. Cette histoire se déroule en parallèle du tome 1. Théa a désormais des réserves vis à vis des hommes, suite à son échec avec son ex. Du coup, elle refuse de s'intéresser à David, car en plus on ne mêle pas boulot et plaisir. David aura donc du pain sur la planche pour la convaincre de sortir avec lui...

Une romance simple, sans grande surprise, je dois dire. Mais assez sympathique dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé les échanges de mails entre les deux personnages, chacun défendant son point de vue sur le risque d'une relation entre eux deux. C'était frais et drôle. Et je dois avouer que de se séduire par mail, c'était intéressant à découvrir et très sensuel également.
Pas de réelles surprises concernant ce couple, car l'on savait déjà par la lecture du tome 1, qu'ils allaient finir ensemble, et qu'ils auraient aussi une passe difficile dans leur nouvelle vie de couple.
J'ai aussi apprécié le fait que le sexe ne prend pas une part plus importante dans cette histoire, sinon ça aurait rendu la lecture un peu "rengaine" et plus lassante, mais ce n'est que mon point de vue.

En bref, une romance agréable. De quoi passer un bon moment au coin du feu, mais aussi un livre dont on gardera pas un souvenir impérissable.

Petit bémol, j'avoue que 10 euros pour un format semi-poche et 200 pages de lectures, c'est cher...

Merci à Mort-Sûre et aux éditions J'ai Lu pour cette lecture.

Chronique de Noisette

Les Ravenel, tome 2 : Une orchidée pour un parvenu de Lisa Kleypas

Année d'édition : 2016 (Octobre)
Edition : J'ai Lu (Pour elle - Aventures & Passions)
Nombre de pages : 350 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Helen Ravenel devait épouser le richissime Rhys Winterborne, propriétaire du plus grand magasin de Londres. Puis, sur un malentendu, leurs fiançailles ont été rompues. Le coeur brisé, Helen ose aller trouver Rhys pour lui clamer son amour. Mais l’irascible Gallois sait que les Ravenel s’opposeront désormais à leur union. Pour leur forcer la main, il lance un ultimatum à la jeune fille : elle doit s’offrir à lui le jour même. Une fois compromise, elle ne pourra plus lui échapper. La timide Helen se surprend en acceptant ce pacte scandaleux. Dans les bras de cet amant fougueux, elle découvre des plaisirs insoupçonnés bien consciente de prendre un risque énorme. Car si Rhys venait à percer son lourd secret, il refuserait de faire d’elle sa femme…




Ce livre est le second tome de la saga Les Ravenel, et j’ai beaucoup apprécié cette lecture.

A la fin du premier tome, nous avions laissé Helen et Rhys après la rupture de leur fiançailles. Entre la jeune noble et le riche « commerçant », il semblait y avoir une certaine entente mais des différences de caractères ont hâté cette rupture.

Cependant, les deux personnages semblent avoir des sentiments l’un pour l’autre, mais vont-ils réussir à vaincre leurs différences ?

Nous voici replongés dans l’Angleterre Victorienne, où lady Helen tente de tracer son chemin malgré un carcan de traditions et de moralités étouffant. Quand à Rhys, il cherche à intégrer la haute société, alors qu’il est de base extraction et qu’il a tout gagné en travaillant. Ces deux jeunes gens font donc consommer leur union avant qu’elle ne soit célébrée, pour être sur que le Cousin d’Helen (Devon, héros du premier tome) accepte ce mariage.

Et bien sur, cette décision va entraîner tout un tas d’histoire, de quiproquos …

Pour une romance historique, le livre commence fort ! J’ai du mal à imaginer que ce genre de situation ait pu vraiment exister, mais je dois surement avoir une idée faussée de cette période (ou une idée trop romantique ?).

L’alchimie entre les deux personnages est évidente dès le début du roman … Très différents l’un de l’autre, ils se complètent à merveille et j’ai adoré lire les moments où ils sont ensembles. Je trouve qu’ensemble ils font ressortir les meilleurs côtés d’eux mêmes ensemble et que leurs sentiments leurs font tout affronter.

Outre l’histoire sentimentale, il y a des secrets enfouis, des vieux démons qui reviennent … mais je ne vais pas vous en dire plus pour ne pas dévoiler le secret. J’ai vraiment aimé ce tome, autant que le dernier en fait ! En plus, retrouver les personnages découvert dans le premier livre m’a vraiment beaucoup plu !

A travers ce roman et les péripéties de personnages, nous en apprenons également un peu plus sur les usages à Londres, ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire … Je trouve cela intéressant.

Encore une très jolie romance que j’ai vraiment apprécié ! Je l’ai d’ailleurs dévoré ! J’ai passé un excellent moment durant ma lecture, et elle a été parfaite pour un we détente !

Chronique de Roxou

L'Inferno club, tome 2 : Baisers maudits de Gaelen Foley

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai Lu (Pour elle - Aventures & Passions)
Nombre de pages : 372 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Kate Madsen a été kidnappée par une bande de vauriens qui décident de l’offrir en cadeau au duc de Warrington. Craint et respecté de tous, le duc habite, paraît-il, un château hanté par les duchesses qui y auraient été assassinées au fil des siècles. Et aux ténèbres qui l’attendent s’ajoute un dangereux secret que Kate protège : elle est liée au Concile de Prométhée, les pires ennemis de l’Inferno Club, auquel appartient Warrington.







Encore une fois, Gaelen Foley nous comble avec une nouvelle romance historique très réussie !

Kate Madsen semble être une jeune fille simple, qui vit seule dans son cottage, et qui n’a pas vraiment de relations avec le « monde ». Ainsi, quand elle est enlevée, elle ne comprend absolument rien à ce qu’il se passe !

Quand au duc de Warrington (Rohan), il pense simplement que Kate est une prostituée offerte par les contrebandiers ! Quelle ne fut pas sa surprise quand Kate tente de s’enfouir et qu’il apprend le fin mot de l’histoire !

La rencontre entre ses deux personnages est donc explosive, et leurs différents affrontements sont anthologiques ! Car Kate est indépendante, et le fait d’avoir vécu un peu recluse lui a donné un fort caractère, et surtout, la volonté de vivre selon bon lui semble. Rohan est donc désarçonné par un tel « personnage », il n’a effectivement pas l’habitude qu’une femme lui résiste et ne tombe pas sous son charme aussitôt. Entre Kate et Rohan, une relation va donc naître doucement, basé sur les discutions et la « colocation ». Le duc est furieux de la façon dont les contrebandiers ont traité la jeune femme et ait bien décidé à la venger, mais également à lui apporter assistance.
Outre la romance, nous retrouvons l’Inferno Club … ce groupe secret qui tente de sauver le monde du groupe dangereux des Prométhéens. Ce tome est vraiment une immersion dans les intrigues politiques du monde du 18è siècle ! Je trouve qu’il est même encore plus prenant que le premier tome !

En effet, même si Kate ne le sait pas, elle est liée de façon intime avec les Prométhéens… et ce lien rend Rohan bien perturbé. Il ne sait pas quoi faire, ni comment agir pour le bien de tous !

Je trouve que la relation entre les deux personnages fonctionnent vraiment bien, car leurs caractères s’équilibrent parfaitement !

Il y a vraiment beaucoup d’actions dans ce tome ! Alors que le premier livre était plus centré sur la romance, ici, nous sommes dans l’action tout au long du roman ! La romance est quand même présente, ne vous inquiétez pas ! Les personnages enquêtent sur certains mystères, donc ils partent en voyage, ils réfléchissent, ils résolvent des énigmes ! Il n’y a donc aucun moment d’ennuis dans ce roman, pas un moment un peu longs…


Encore une très jolie réussite de cette auteur ! Ce tome 2 est meilleur que le tome 1, et maintenant, j’attends avec impatience la suite

Chronique de Roxou

Obscure Prémonition de Linda Howard

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai lu pour Elle (Romantic Suspense)
Nombre de pages : 416 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
Spécialiste en langues anciennes, Grace St. John se voit confier la traduction de la copie d’un manuscrit du XIVe siècle. Ce dernier révélerait le lieu d’un trésor légendaire. La vie de Grace se retrouve menacée par ceux qui veulent à tout prix lui dérober l’ouvrage. S’enfuyant, elle l’emporte avec elle, déterminée à percer son secret. Et pour ce faire, une seule solution s’offre à elle : remonter le temps à la recherche d’un certain Niall d’Écosse…
 
 
 
 
 
 

 
Je remercie le forum Mort Sûre et les éditions J'ai Lu pour Elle pour ce partenariat.

C'est la première fois que je m'essayais à un Romantic suspens, mais le résumé qui parlait de documents anciens et de l'Ecosse m'a convaincue de tenter l'aventure. Au final, je suis plutôt contente d'avoir fait le voyage.

Grace St John est une linguiste douée, qui travaille pour une fondation spécialisée dans l'archéologie. Cette fondation lui a confié la traduction d'un ensemble de documents découverts en France : certains en vieux français, d'autres en vieil anglais, en latin et même en gaélique. Mais son patron a fait une erreur. Quand il comprend de quoi traite ces documents, il veut les récupérer à tout prix, et surtout éliminer tous ceux qui en ont eu connaissance : à commencer par Grace. S'engage une course-poursuite entre Grace et les tueurs que son patron envoie à sa poursuite. La survie et la vengeance de la jeune femme vont dépendre de ses capacités à traduire les documents anciens et à comprendre le secret qu'ils recèlent.

Lorsque l'histoire débute, Grace est une simple littéraire passionnée par son métier. Bien plus habituée aux bibliothèques qu'aux techniques de survie, elle devrait être une proie facile pour les sbires de son patron. Mais un mélange de chance, de bons réflexes, de débrouillardise et de coups de main vont lui permettre de leur échapper assez longtemps pour ensuite développer les compétences nécessaires à sa survie. J'ai aimé la manière dont les choses été amenées, dont le caractère d'acier de Grace se développait petit à petit. Sa survie ne parait pas incohérente. Elle frôle la catastrophe bien des fois ; au début, seul un puissant instinct de survie la pousse en avant, mais on sent bien la douleur infinie qui la tiraille et menace de l'abattre suite aux assassinats perpétrés par son patron. C'est son désir de comprendre et de se venger qui va l'empêcher de baisser les bras lorsque tout ira vraiment très mal. On entre bien en empathie avec cette héroïne somme toute ordinaire au début, mais qui refuse de lâcher.

En parallèle on suit l'histoire de Niall d'Ecosse, en 1300. Il ne lui arrive pas grand chose en comparaison de Grace, mais comme les documents que doit traduire celle-ci parle de cet écossais c'est intéressant. Ca permet de découvrir le personnage, de mieux l'appréhender et l'apprécier. Et surtout de découvrir le lien étrange qui se noue petit à petit à travers le temps entre Niall et Grace. C'est assez étrange de lire une romance où les deux héros ne se rencontrent pas avant les deux-tiers du roman. Pourtant ça fonctionne. Bien sûr l'attrait physique qu'ils éprouvent l'un pour l'autre peut paraître artificiel tant il est fort avant même qu'ils se rencontrent. Par contre les sentiments ne sont pas immédiatement présents. Le fort caractère de Grace va peu à peu convaincre Niall, et inversement.

L'intrigue ne connait pas de temps mort entre la fuite/survie de Grace, et le mystère des documents anciens (et incidemment de Niall) qu'on découvre au fur et à mesure que les traductions avancent. Ce roman a beau avoir vingt ans (ça surprend un peu dans les premiers pages lorsqu'on se retrouve confronter à la technologie de l'époque), il se lit toujours aussi bien. Les personnages autant que l'intrigue de fond sont vraiment porteurs.

En conclusion, j'ai passé un bon moment avec cette romance mêlant suspens et historique. L'auteur a su bien m'accrocher et m'amener jusqu'au bout de son histoire. A découvrir !
 
Chronique de Sytra

L'Inferno club, tome 1 : Caresses diaboliques de Gaelen Foley

Année d'édition : 2016
Edition : J'ai Lu (Aventures & Passions)
Nombre de pages : 374 pages
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture :
De retour à Londres après deux ans d'absence, le marquis de Rotherstone espère rétablir la réputation de sa famille en épousant une demoiselle exemplaire et en fréquentant la haute société. Quand on lui dresse la liste des jeunes célibataires, c'est Daphné Starling qui retient son attention. Le marquis ne peut résister à ses charmes, mais la jeune femme s'inquiète. Qui est-il vraiment et quel est ce lieu secret qu'il fréquente, surnommé l'Inferno Club ?







J’adore les romances historiques, et grâce à Louve, je suis comblée en ce moment ! Ce roman est le premier tome de la saga Inferno Club. Et cette lecture fut presque parfaite car elle alterne avec brio la romance et l’intrigue historique !

Nous rencontrons Daphné, jeune fille (16 ans), alors que son père veut lui trouver un mari. Cependant, elle n’a pas l’air de vouloir se laisser faire. Quand à Max (le marquis), il souhaite fonder une famille pour perpétuer le nom familial. D’ailleurs, je trouve cela étrange comme nom « Max » pour un anglais du 19è siècle…

Daphnée est une jeune fille très déterminée, qui ne veut pas d’un mari en qui elle n’aura pas confiance, et surtout, elle veut être son égale ! Autant dire que pour Max, qui a l’habitude de tout diriger, et surtout qui mène une double vie avec l’Inferno Club, la convaincre de son honnêteté. Cependant, j’ai trouvé la différence d’âge un peu trop importante entre les deux héros (16/32 ans)… et cela m’a un peu gêné dans le sens où je trouve cela peu crédible qu’un homme de 32 ans séduise aussi rapidement une jeune fille (bon après, ce n’est pas la même époque).

Outre la romance, l’intrigue autour de l’Inferno Club est très présente … Ainsi, l’auteur nous entraîne dans les dessous de la politique européenne du 19è siècle… Et cela donne une saveur particulière à l’histoire, car elle n’est pas que « superficielle » avec la romance ! J’ai hâte de lire les autres tomes pour en apprendre plus !

Je découvre l’auteur à travers cette romance, et j’ai apprécié la découverte ! L’intrigue politique/espionnage donne un petit quelque chose de plus à l’histoire, et cela la rend unique !

Chronique de Roxou

Miss Peregrine et les enfants particuliers (BD), tome 1 de Cassandra Jean & Ransom Riggs

Année d'édition : 2016
Edition : Editions Bayard (Jeunesse)
Nombre de pages : 256 pages
Public visé :  Young Adult
Quatrième de couverture :
L'avenir de Jacob semble déjà tout tracé : une vie confortable et paisible, sans histoires. Du moins jusqu'à ce que son grand-père Abe, dont il est particulièrement proche, soit assassiné dans des circonstances atroces. Pour son malheur, Jacob a eu le temps d'entrevoir le meurtrier, une créature de cauchemar... Et si te vieil homme, dont tout le monde pensait qu'il divaguait, avait dit vrai ? Et si l'île peuplée d'enfants particuliers sur laquelle il disait s'être mis à l'abri pendant la guerre existait vraiment ? Et si des monstres vivaient vraiment cachés au milieu des humains ?





En tant que grande admiratrice du travail de Ramson Riggs sur Miss Peregrine et les enfants particuliers, le roman, c’était évident que cette BD allait atterrir entre mes mains. La couverture est alléchante et l’idée de transposer cette histoire unique dans une version graphique est plus qu’intéressante. Si le style de l’illustratrice peut-être déroutant au premier abord pour celles et ceux qui ont lu le roman, l’esprit du récit est bien là : atmosphère sombre, fantastique, étrange, particulière.

« Jacob a été bercé toute son enfance par les histoires fantastiques et légèrement horrifiques de son grand – père, Abe Portman, qu’il agrémentait de photographies anciennes : des enfants particuliers aux dons étranges, des monstres aux langues multiples, une île et un orphelinat énigmatiques… En grandissant, Jacob a fini par se lasser de ces histoires abracadabrantes et a n’a plu cru son grand – père sur le réalisme de ces « contes de fée ». Un jour, Abe l’appelle et semble plus perturbé que d’habitude, Jacob inquiet se rend donc chez son grand – père et le retrouve  blessé. Avant de décéder de ses blessures, ce dernier lui dit des mots étranges qui n’ont, a priori, aucun sens. Jacob sombre alors dans la dépression et la folie en croyant voir des monstres partout. C’est grâce à son psychiatre, qu’il finira pas résoudre l’énigme de son grand – père et se retrouvera sur une île perdue d’Angleterre en quête du passé d’Abe et à la recherche de Miss Pérégrine… » (reprise du résumé de mon avis pour le roman)

Évidement, dans la BD, l’histoire est raccourcie, plus concise que celle du roman, difficile de faire autrement, toutefois, l’essentiel y est. Je ne peux détacher mon regard de lectrice du roman, du coup forcément le choix du graphisme rend un peu perplexe, on s’attend vraiment à autre chose quand on a lu Miss Peregrine, c’est une histoire et un esprit tellement différent de ce que l’on peut lire dans les romans jeunesses. L’illustratrice a un style assez particulier, un peu trop ancré dans le réalisme et un peu moins dans l’imaginaire à mon sens, on attend un peu plus de folie, si vous connaissez l’univers TimBurtonien et que vous avez lu le roman, vous comprendrez ce que je veux dire, pour les autres, difficile d’expliquer clairement les choses. On retrouve cependant cet aspect très sombre qui fait indéniablement parti de cet univers.



Le coup de crayon est aussi un peu « manganisé », ce qui là encore s’éloigne de l’esprit du roman mais rend aussi les illustrations assez étonnantes au sein de cette histoire, un aspect positif puisque cela rend la bande dessinée très originale.

Si on poursuit sur le côté graphique, ils ont choisi d’alterner des planches noir et blanc pour les parties se passant à notre époque où du moins lorsque Jacob est perdu dans ses cauchemars et des planches en couleur, et absolument sublimes soit dit en passant, pour la partie qui se passe dans le passé soit dans la boucle temporelle avec les enfants particuliers, mais aussi avec son grand-père quand il était encore vivant, des moments où Jacob semble enfin trouver sa place.

Pour ce qui est du rendu des enfants particuliers, c’est plutôt réussi, on les retrouve bien sous ces traits, j’avoue les avoir trouvé aussi plus mâtures, vieillis dans un sens dans cet ouvrage, dans le roman, ce sont vraiment des enfants, ici c’est un peu différent notamment pour le personnage d’Emma, de Hugh et de Fiona. On voit prendre forme ce que nous imaginions, de ce côté là l’illustratrice a vraiment bien fait son travail.

Ce qui est chouette aussi, c’est qu’ils ont gardé l’intégration des photographies insérées dans le roman, même si j’avoue douter de l’homogénéité entre le dessin et les photographies, visuellement ce n’est pas forcément d’une osmose parfaite, ça tranche un peu, après sur le fond, ces photographies sont essentielles à tout ce monde créé par Ramson Riggs, sans elles, ce ne serait plus pareil…



En bref, une bande dessinée qui m’a laissé dubitative sur le choix des illustrations mais qui finalement aura su me conquérir puisque l’esprit du roman qui m’a tant plu ressort au travers des multiples planches de l’illustratrice.  En toute objectivité (et en laissant la lectrice du roman de côté), la bande dessinée est vraiment réussie !

Je remercie Louve du forum Mort et Sure et son partenaire Bayard Jeunesse pour cet ouvrage qui aura fait mon bonheur !

Chronique de Walkyrie